La comédie musicale ou Vevo.com

La semaine dernière, Bruno Guglielminetti (chroniqueur à Radio Canada pour le Carnet Techno) publiait sur son Twitter : “Universal et Youtube inventent le MTV du web = vevo.com. En ligne mercredi et Sony et CBS seront aussi de la partie …

Vevo.com ? Késako ? D’après Wikipédia, Vevo est un site web d’hébergement de vidéos musicales né d’un accord entre Google et Universal Music Group. Dans sa dépêche AFP, le site est même décrit comme mariant “ce qu’il y a de mieux dans les contenus musicaux avec la technologie dernier cri et la communauté d’utilisateurs de YouTube”.

Youtube proposant déjà une plateforme vidéo, leader sur le marché, pourquoi ouvrir une alternative ? Pour la musique ? De nombreux clips sont déjà présents sur Youtube, l’utilité paraît donc assez réduite. Un simple doublon à Youtube ? C’est ce que j’ai pensé au début. Sentiment renforcé par la lecture de l’article de Dan Rayburn sur le blog de Businessofvideo.com, qui en parle avec scepticisme et sarcasmes. 

Si Dan parle uniquement de la qualité du service, il n’oublie pas de préciser le point qui doit être à l’origine de la création de Vevo : pour les majors, ce n’est pas la plateforme de Google, c’est la leur. Alors qu’elles pouvaient être réfractaires à l’idée de diffuser leurs produits musicaux sur Youtube, voilà l’opportunité pour elles de posséder un plus grand contrôle. En apparence seulement ? C’est la question. On ne sait pas à quel point Universal ou Sony contrôle Vevo et ce qui est la part de Google. Côté technique, c’est la même technologie que Youtube, que Dan Rayburn décrie sans relâche.

Je fais d’ailleurs une petite parenthèse pour dire que Google est bien au courant des problèmes qualitatifs de Youtube, sans doute encore aggravés par l’arrivée de la HD. Ils ont mis en place pour y remédier la bêta Feather, qui ouvre les vidéos en proposant le moins de features possibles, pour diminuer le temps de latence. Je reste dubitatif, le gain obtenu n’étant à mon sens pas à la hauteur de la perte des autres fonctionnalités offertes dans les pages standards de Youtube.

Donner une plateforme dédiée à la musique aux majors, c’est un beau cadeau que leur fait Google à l’approche de Noël, mais en embarquant dans l’aventure, c’est aussi un moyen de tuer une possible concurrence dans l’oeuf et d’être présent sur tous les tableaux. Alors avoir Google à la base de Vevo, est-ce avoir une copie de Youtube limité au contenu musical ? Oui et non. C’est bien entendu le contenu qui va faire la différence.

Il y a manifestement des gens qui y ont réfléchi, et Vevo annonce avoir l’intention d’offrir aux fans de musique un accès sans égal à un riche catalogue musical, ses programmes s’enrichissant dès l’an prochain des émissions de 90 stations de radio CBS, apportant notamment des concerts en direct, des entretiens avec des artistes et autres couvertures des coulisses d’évenement musicaux. Tout ça sans oublier l’apport du contenu du site musical Last.fm. Beaucoup de choses à venir, sur lesquelles il est difficile de juger Vevo pour l’instant.

Mais pour revenir au tweet de Bruno Guglielminetti, ce qui me laisse perplexe, c’est la possible orientation MTV de Vevo. Je pense par exemple à cette vidéo de Kid Cudi pour annoncer le site, très typée. Est-ce un souhait des majors de proposer un style que le public peut reconnaître ? Si c’est un choix compréhensible, il me paraît peu judicieux. Quand les grands acteurs de la culture comprendront-ils que le Web permet de s’essayer à d’autres modèles ? Je désespère de voir de l’innovation…

Voir de l’innovation ou de la nouveauté d’ailleurs. Quand je visite Vevo.com, je ne vois pas vraiment de nouveauté. Les artistes présents en page d’accueil sont bien entendu mainstream et le catalogue pas bien étendu. Peut-être qu’avec le temps, la plateforme s’ouvrira à d’autres majors, voire aux indépendants. A l’heure actuelle, le contenu reste assez décevant et Youtube comble heureusement ce manque. Une suprématie qu’il gardera sans doute encore longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.