Les 7 Samouraïs ou de nouvelles webséries

J’ai par le passé (il y a plus de deux ans !) dressé un constat assez désabusé de la création vidéo pour le web, notamment des webséries. J’ai depuis fait quelques découvertes, comme Le Visiteur du Futur ou En Audition avec Simon qui, si elles ne reprenaient pas mes idées au niveau de leur conception, misaient avec succès sur leur format taillé pour le web.

Depuis, il y a même eu Bref, qui prouve qu’on peut malheureusement faire un format web pour la télé. Pour se tenir à la page, j’ai décidé de faire un petit tour d’horizon des dernières choses qui ont attiré mon attention ces dernières semaines.

L’histoire d’une websérie doit pouvoir se raconter de manière simple. Moins il y a de personnages, moins il y a de lieux différents, plus facile en sera la réalisation. Pour reprendre l’exemple du Visiteur du Futur, si le concept peut paraître compliqué, vous pourrez remarquer que chaque épisode se concentre toujours dans un seul lieu.

Les Québécois sont particulièrement forts pour se soumettre à cette contrainte. Si de nombreux exemples le prouvent sur Tou.TV, c’est sur une production de MSN.ca que mon regard s’est porté, une websérie intitulée Fiston. Le parti pris est ultra-simple : un père, dans l’hypothèse qu’il lui arriverait quelque chose, décide de laisser un testament en vidéo à son fils, pour lui apprendre les choses de la vie. Les bonnes comme les mauvaises. Parfois hilarant, parfois québéco-québécois, le résultat est bougrement efficace. Chaque vidéo de Fiston s’attarde sur une anecdote, il fallait y penser.

De ce côté-ci de l’Atlantique, mais toujours en provenance du Québec, un ovni a atterrit à Paris. A son bord, Solange, qui décide d’aborder les problèmes qui troublent son quotidien. Au premier abord inutilement prise de tête, Solange te parle est en fait une série philosophico-absurde ou le second degrès côtoie le vingt-quatrième. Une bizarrerie peu commune qui force l’admiration.

Toujours avec l’accent Québécois, Dan Gagnon s’est lancé un défi. Chroniqueur à la RTBF, celui qui se voulait humoristique a décidé de louer le Cirque Royal à Bruxelles avec son propre budget et de mettre les places en vente pour rembourser son investissement. Défi maintenant réussi, mais il était pourtant loin d’être sûr que les 2000 places trouveraient preneurs. Pour faire sa pub, trouver et tenir au courant son public, Dan Gagnon a publié une série de vidéo tout au long de son aventure. Pas haletant mais une idée originale pour fédérer sa communauté.

Alors qu’il y a deux ans, peu d’universités européennes utilisaient la vidéo sur le web pour communiquer, Youtube fait maintenant partie du trio de leur communication sur Internet (Twitter et Facebook restant bons premiers). J’en sais quelque chose, trouver un format original pour informer le public cible d’une université n’est pas chose facile. A Lille, l’IAE a décidé de mettre en scène une websérie qui suivrait un étudiant tout au long de l’année scolaire pour présenter ses difficultés et les manières de les résoudre. Bien pensé, Entre 2 Cours atteint ses objectifs. Dommage que l’aventure ne semble plus être aujourd’hui poursuivie.

Il y a bien d’autres exemples dont j’aurais pu parler (au hasard, RITUALS, qui consiste à suivre le rituel de groupes avant leurs concerts) mais ce florilège vous donne déjà une idée de ce qu’il y a à suivre actuellement sur la toile. Si vous en avez d’autres, je suis intéressé, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires. La websérie a encore beaucoup de formes à prendre, beaucoup d’idées à explorer, ce n’est donc pas la fin de cette liste. A suivre…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.