Land of the dead ou un constat sur les Webséries

Suite à la parution récente d’un article de 93 studios sur les  9 choses  que les producteurs de Webséries devraient savoir, j’ai un peu réfléchi à ce sujet. C’est un genre de Webvidéo auquel je n’ai jamais vraiment accroché, en tout cas sur la durée. L’impression d’avoir affaire à un sous-genre, à une sous-télévision ? Peut-être.

Dans ce domaine, j’ai au moins une certitude : on ne fait pas de la vidéo pour le web comme on en fait pour la TV ou le cinéma. C’est encore plus vrai pour les séries. La TV a peut-être troublé la donne en mettant des vidéos sur internet pour compléter l’univers d’une série de façon réussie (Lost) ou pas (je pense à Heroes et Battlestar Galactica). Une vidéo dont on se sert pour enrichir un univers et qu’on met sur Internet ne devient pas forcément une Webvidéo. Son essence est ailleurs. 

Je le répète en changeant les termes : une série de fiction qu’on publie sur Internet n’est pas forcément une websérie. Tout le monde ne semble pas l’avoir compris. Pour reprendre l’article de 93 studios, qui interrogeait des créateurs de webséries, dans sa version courte :

1. Shorter is better (5-7 minutes) beats out 10-15 in terms of willingness to watch.

2. If you’re planning to create a web series, try to make sure that your key players are all in the same geographic location most of the time.

3. Don’t rely solely on YouTube to host your content, there are other options available to you.

4. Understand that it will take much longer to produce than you think.

5. Shoot your episodes all at once and have a solid release schedule.

6. There’s a crazy amount of work involved in getting people to watch your show and then keeping in touch with fans (and critics). It’s at least as great an effort as making the content itself, maybe more.

7. It costs twice as much and takes twice as long as you think. Take into account the actual crew members needed to light, film, record sound, do makeup, edit, plan everything, and feed everyone!

8. Sometimes it’s better not to tell people where you are shooting, so they can’t raise an uproar about it.

9. Time is never on your side.

Et je suis le seul à être choqué de ne trouver aucune référence à la forme ou au fond ? Personne ne se pose de questions (pourtant légitimes) sur les choix artistiques de leurs productions ?

Dans la webvidéo pourtant, il y a des questions qui reviennent souvent, surtout lorsqu’il s’agit de vidéos virales. Quelle forme doit-elle avoir ? Qu’est-ce qui aura le meilleur buzz sur Internet ? Une vidéo au style amateur, un peu mal filmée ou une vidéo aux plus hauts standards de qualité ? Je suis peut-être tout seul, mais je me dis que ce genre d’interrogations pourrait aider le domaine des webséries.

La webvidéo a cela d’intéressant qu’elle peut, qu’elle doit, se libérer des carcans télévisuels. Une histoire peut se raconter de nombreuses façons différentes, encore plus sur Internet où tout est question de cross-medias. On n’est pas obligé de tout présenter en HD, et si on le fait, soyons original ! Peut-être que ça existe, peut-être que je ne suis jamais tombé dessus, mais y a-t-il une websérie qui ose mélanger les supports : caméra HD, téléphone portable, appareil photo ?

Bien sûr, toute forme doit s’adapter à son contenu. Mais je pense qu’il faut aussi prendre son contenant en compte. Et arrêter de mettre tout ce qui ne fonctionne pas à la télévision sur Internet. Ce n’est pas une poubelle ! Internet et son public méritent des créations originales, créées pour eux.

Pour terminer, je rajouterais quelques points importants au billet original de 93 studios :

10. La websérie est un marché de niche. Avoir une idée, c’est bien, mais créer sa websérie sans avoir identifier sa niche, c’est suicidaire.

11. Dans websérie, il y a “série”. Pour autant, ça n’a rien à voir avec la télévision. Ce n’est pas parce qu’une personne a regardé et aimé un épisode qu’elle reviendra la semaine suivante. Il faut l’attirer, communiquer !

12. Dans websérie, il y a “web”. Et le web, c’est interactif. En 2006,  Les Aventuriers de 8h22 proposait aux internautes de voter pour que la série continue ou non. C’est limité, mais c’est un début. Dans un autre genre, The Office propose de lire les blogs de ses personnages sur Internet : IN-TER-AC-TI-VI-TE !

Je ne prétends pas avoir les meilleures idées du monde pour créer une websérie. Ou plutôt, si, je les ai, mais je les fais payer (na !). Mais si j’en créais une, je sais que je ferai quelque chose de drôle (plus facile pour attirer les foules), je réfléchirai à la forme, à l’interactivité unique que propose le web, et je ne créérai pas un Twitter et un Facebook juste pour dire quand un nouvel épisode sort (et là, je ne dénonce personne).

PS: Si en marge de ce billet, vous recherchiez plutôt des pistes quant à la production de webséries, je vous conseille  le blog de Vidéo Qualia, qui reprend une vidéo de  Christian Aubry et de  Provokat.

1 comment
  1. […] par le passé (il y a plus de deux ans !) dressé un constat assez désabusé de la création pour le web, notamment des webséries. […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.