Sur Mes Lèvres ou sous-titrer une vidéo Youtube

Au même titre que la qualité d’une vidéo ou que le nombre d’avis positifs, la présence de sous-titres peut améliorer la position de votre vidéo dans les résultats de recherches sur Youtube. Cela vous étonne ? Ce n’est pourtant pas nouveau. Youtube considère d’abord que les sous-titres sont un moyen de rendre votre vidéo disponible à un plus grand nombre de personnes (que ce soit pour les utilisateurs d’une autre langue ou pour les malentendants) et décide de la mettre en valeur pour cette raison.

D’autre part, tout comme le titre et la description de votre vidéo, les sous-titres sont à leur tour indexés par Youtube et, par extension, par Google. C’est ainsi le contenu même de votre vidéo qui est utilisé par le moteur de recherche, ce qui permet en théorie de la faire ressortir plus facilement dans les résultats.

Hook ou ces marques qui communiquent en vidéo

La recette d’une vidéo virale, personne ne la connaît. Des centaines d’articles existent sur Internet et vous promettent le Graal, à base de grandes lignes directrices, mais la vérité est que personne ne possède la formule magique. Les ingrédients sont pourtant connus : de l’humour ou de l’émotion, quelque chose qui aille chercher le spectateur et qui lui donne envie de s’engager, de participer…

C’est malheureusement plus facile à dire qu’à faire. Pourtant, tout le monde essaie. Les marques, grandes ou petites, ne cessent de lancer leurs bouteilles à la mer, avec un succès très relatif. La dernière manœuvre en date pour tenter d’accrocher un peu de notre attention est de faire preuve d’honnêteté. D’honnêteté ? Sur Internet ? Explications.

Pulp Fiction ou le cinéma porno

Le cinéma est-il destiné au même avenir que le porno ? C’est peut-être la question que tout le monde se pose sans oser la prononcer à haute voix. Pour prouver l’incessante tourmente de l’industrie cinématographique, il n’est pas rare qu’on nous ressorte les chiffres des entrées en salle, bien en dessous de ce qui était espéré. Il s’agit là pourtant d’une évolution naturelle, en lien avec celles que vit notre société. Certains accuseront le piratage. Un coupable un peu réducteur. Le questionnement devrait être bien plus large, et s’inspirer de ce qu’a vécu ou vit encore l’industrie du porno.

Last Action Hero ou les héros désacralisés

La publicité fait depuis longtemps partie intégrante de l’industrie cinématographique. Elle est devenue un pan inévitable des plans de financement des grands films hollywoodiens, jusqu’à nous faire croire qu’un célèbre espion à la dénomination chiffrée préférerait utiliser un Sony Vaio plutôt qu’un MacBook. Malin.

Vous vous souvenez de cette scène de Truman Show dans laquelle la femme de Truman lui propose un chocolat chaud en lui en en faisant l’éloge de façon parfaitement naturelle ? On en n’est pas encore là, heureusement. Mais il est curieux de constater qu’après les produits venant s’intégrer parfaitement dans nos films du dimanche soir, ce sont maintenant les personnages de fiction qui déboulent dans les espaces publicitaires pour nous vendre des gadgets.

Playtime ou le cinéma à la demande

Comment faire pour convaincre le public de revenir dans les salles de cinéma ? C’est toute la problématique du circuit actuel, distributeurs et exploitants inclus. Historiquement, la technique avait toujours été l’argument mis en avant. Par les énormes écrans, par le Technicolor, par le Dolby Surround, par l’imax ou par la 3D. Seulement, ça ne suffit plus. Le cinéma a un autre rival, un ennemi qui permet au public de voir ce qu’il veut, lorsqu’il en a envie.

Le nouveau cheval de bataille de l’industrie est donc de trouver comment contrer Internet. Après des mesures répressives en bonne partie appuyées par le lobby, le milieu cherche aujourd’hui à proposer au public ce qu’il demande : la possibilité de voir le film qu’il a envie, dans la salle qu’il souhaite. C’est ce qu’on appelle le cinéma à la demande.

Les 7 Samouraïs ou de nouvelles webséries

J’ai par le passé (il y a plus de deux ans !) dressé un constat assez désabusé de la création vidéo pour le web, notamment des webséries. J’ai depuis fait quelques découvertes, comme Le Visiteur du Futur ou En Audition avec Simon qui, si elles ne reprenaient pas mes idées au niveau de leur conception, misaient avec succès sur leur format taillé pour le web.

Depuis, il y a même eu Bref, qui prouve qu’on peut malheureusement faire un format web pour la télé. Pour se tenir à la page, j’ai décidé de faire un petit tour d’horizon des dernières choses qui ont attiré mon attention ces dernières semaines.

Funny Games ou le nouveau Vimeo

Pourquoi publier une vidéo sur Vimeo ? La question s’est récemment posée dans une conversation, et ma réponse s’est basée sur l’identité que s’est construit le site lui-même. Quand on parle de vidéo sur le web, on pense tout de suite à Youtube. Tout peut y être publié, tout y est regardé, par tout le monde. Si vous cherchez par contre une plateforme de qualité, au contenu haut de gamme et à la communauté aux goûts élaborés, Vimeo est tout désigné. Aujourd’hui, le service est sur le point de tourner une des pages de son histoire, avec un design plus minimaliste, des fonctions plus accessibles, une refonte complète de la structure de la page… Autant de changements qui vont permettre à vos vidéos de crever l’écran.

Peur sur la ville ou Liège 13/12/11

Difficile de commencer sur ce sujet sans une pensée aux familles des victimes de ce drame qui a eu lieu à Liège le 13 décembre 2011. Pour résumer les faits, du moins ce que l’on en sait à l’heure où j’écris ces lignes, Nordine Amrani était sur le chemin du Palais de Justice de Liège pour être entendu lorsqu’il a lancé plusieurs grenades Place St Lambert. Il a ensuite tiré plusieurs coups d’une arme lourde, avant de se donner la mort.

J’étais moi-même à Liège à ce moment-là, à une cinquantaine de mètres lorsque c’est arrivé. Les vigiles du magasin le plus proche (la Fnac en l’occurrence) ont immédiatement invité le plus de gens possible à s’abriter à l’intérieur, avant de fermer le magasin. Ils ont rouvert le magasin cinq minutes plus tard, ne sachant que faire, avant de le refermer sous ordre de la police. Entre temps, j’en suis sorti et j’ai continué mon chemin, pour retourner à mon bureau.

De là, j’ai pu prendre quelques images de la police évacuant les gens des rues les plus proches, ceci par précaution. Ces images, je les ai immédiatement publiées sur Youtube, et elles ont depuis été reprises par tous les médias Belges, et par d’autres Français, Anglais, Russes, Américains…

Braveheart ou créer un videosite sur VidMeUp

Dans la rubrique “J’ai testé pour vous”, je me suis intéressé à un portail original nommé VidMeUp. Qu’est-ce qui se cache derrière ce nom mystérieux ? VidMeUp est un service qui se targue de vous permettre de créer votre propre site de vidéos, gratuitement. Un site de vidéos ? Plus qu’une chaîne Youtube ou Vimeo, un espace totalement personnalisable pour héberger vos pages et vos vidéos.

Avec un tel avant-propos, il est facile d’imaginer les usages possibles de ce genre de service. Vous lancez une WebTV ou une WebSérie ? Plus besoins de créer votre site Internet à partir de rien, vous pouvez partir du modèle VidMeUp et disposer rapidement d’une plateforme opérationnelle. Vous vous êtes longtemps arraché les cheveux pour trouver un thème WordPress pour votre blog traitant de vidéo ? VidMeUp allie hébergement de vidéos et construction de pages. La solution idéale ?

The Others ou les dangers de Youtube

Je conseille souvent aux personnes qui me contactent à ce propos de mettre leur contenu vidéo sur Youtube. Pas forcément tout leur contenu, mais au moins une partie, ce qui leur permettrait d’augmenter leur audience tout en ramenant ce public sur leur site web. Tout n’est pourtant pas rose dans le royaume de Google et Youtube étant une solution gratuite, certaines mésaventures peuvent arriver sans prévenir.

Tout a commencé avec ce tweet d’Andrew Warner à propos d’une lettre ouverte de Darren Rowse à Youtube. Darren Rowse est le fondateur de ProBlogger Blog Tips, un blog dispensant des conseils aux blogueurs professionnels. Ce passe-temps lui fait régulièrement poster des vidéos sur Youtube – du moins, c’est ce qu’il faisait jusqu’à présent.