La vie des autres ou quand Facebook veut devenir Youtube

Alors que 2014 aura vu Youtube surpasser bon nombre de réseaux sociaux en ce qui concerne le taux d’interactions, 2015 pourrait confirmer la place de la vidéo, et donc toujours de Youtube, comme média le plus important du web. Tout ça à cause de l’engagement. L’engagement ? La manière dont les utilisateurs réagissent et interagissent avec le contenu (par des likes ou des partages). C’est la donnée la plus importante pour les marques et ce n’est donc pas anodin pour Youtube de pouvoir se positionner comme une plateforme où l’engagement est important.

Par ailleurs, Youtube sait atteindre le public que tout bon webmarketer cherche à conquérir : celui des 13-24 ans. 2015 sera-t-elle donc l’année de la vidéo en ligne ? C’est ce que disent certains, mais pour moi, l’âge d’or de la vidéo en ligne a commencé en 2007. Néanmoins, que ce soit avec Netflix, Youtube, Instagram, Vine ou Facebook comme je vais l’expliquer ici, le phénomène ne va que s’amplifier.

La vidéo a le vent en poupe sur les réseaux donc. Depuis longtemps, Facebook permet l’intégration de lecteurs vidéo en provenance de Youtube, Dailymotion ou Vimeo. Twitter s’y est mis à son tour plus récemment, et dans cet élan, la création de vidéos plus courtes a vu le jour, d’abord avec Vine (6 secondes) puis Instagram (15 secondes). Historiquement moins utilisé, Facebook disposait bien avant ça d’une fonction d’hébergement de vidéos (je conseillais d’ailleurs déjà de l’utiliser en 2010). Mais ça pourrait bien changer. Car dernièrement, les vidéos hébergées sur Facebook-même ont dégagé plus d’engagement que celles de Youtube postées sur le réseau social de Mark Zuckerberg.

Pourquoi ? La nouvelle présentation des vidéos dans le fil d’actualité de Facebook n’y est sans doute pas pour rien. En y accordant une place plus importante en terme d’espace visuel, en favorisant les posts contenant des vidéos dans la diffusion au plus grand nombre et en allant même jusqu’à les mettre en lecture automatique, Facebook veut que vous utilisiez la plateforme pour y héberger vos vidéos.

Source : http://jasondoesstuff.com/why-posting-youtube-videos-on-facebook-sucks/

Source : http://jasondoesstuff.com/why-posting-youtube-videos-on-facebook-sucks/

Comment en donner l’envie à ses utilisateurs, tant aux particuliers qu’aux marques ? Facile, tout simplement en s’inspirant de ce qui marche. En ce début d’année 2015, Facebook a mis en place une série de nouvelles options pour les fan pages, permettant notamment de mettre en avant une vidéo sur sa page, en changeant la présentation de l’onglet vidéo ou encore en permettant la création de playlist. Comme sur Youtube ? Comme sur Youtube.

Et ça fonctionne. Les créateurs de contenus auraient commencé à privilégier Facebook au détriment de Youtube. La plateforme de Google ne serait alors plus en position de force. Combien de temps faudrait-il pour que ses Youtubers les plus influents quittent eux aussi le navire ?

Il y a cependant deux choses que Facebook ne peut actuellement pas copier sur le géant de la vidéo, deux choses très importantes lorsqu’on regarde d’où viennent en grande part les vues sur les vidéos Youtube. D’une part, le moteur de recherche. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de trouver quelque chose dans Facebook mais l’entreprise relève souvent de la gageure. Sur Youtube, la vie est tout de suite bien plus facile. Il faut aussi prendre en compte Google, qui avantage naturellement les résultats Youtube, et comme c’est là que se fait l’essentiel des recherches, c’est une source non-négligeable de vues potentielles.

L’autre chose tient aux fonctionnalités de Youtube. Facebook a bien du chemin a rattraper et les playlists ne sont qu’un pas de fourmi dans cette direction. Par exemple, les recommandations qu’affichent Youtube à la fin ou à côté de chaque vidéo est une invitation au clic. A l’heure actuelle, Facebook ne propose rien d’équivalent.

youtube_facebook4

Facebook serait-il donc la grenouille qui se veut aussi grosse que le boeuf ? Pas forcément. L’ambition de Facebook, du moins pour l’instant, se résume peut-être juste à supprimer les intermédiaires et à garder ses utilisateurs en son sein. Cela ne serait que bénéfique à son modèle économique. Twitter veut d’ailleurs aussi avancer dans ce sens, puisque l’oiseau bleu prévoit de lancer son propre service de vidéo dans les prochains mois. Avant de passer à la vitesse supérieure ? C’est probable. En 2015 plus que jamais, c’est la vidéo qui va faire tourner le web et celui qui la contrôle aura le plus d’influence sur les internautes. Sur vous et sur moi.

La guerre entre Youtube et Facebook est officiellement déclarée. Facebook a pour lui sa large base d’utilisateurs, qu’il tient précieusement enfermée entre ses murs. Il y a du sens à proposer ses vidéos là où est le public. Mais pour l’heure, c’est surtout une question de philosophie. Facebook reste dans l’instant, le moment, l’éphémère, là où Youtube bénéficie de Google pour s’inscrire dans le temps et dans votre champ de recherche. En fonction de ce que vous cherchez à atteindre, il faudra donc privilégier l’un ou l’autre, ou tout simplement utiliser les deux.


The Lives of Others (2006) on IMDb

Réalisateur et consultant en production vidéo depuis 2007.
2 comments
  1. En outre, la qualité des vidéos sur Facebook laisse encore beaucoup à désirer…

    1. Tout à fait vrai. Malheureusement, si la qualité importait vraiment au plus grand nombre, c’est Vimeo qui serait leader sur le marché, pas Youtube.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *