J’ai regardé un film sur mon smartphone et j’ai aimé ça

J’en ai déjà parlé par le passé, j’ai la conviction que nos modes de consommation de films vont évoluer et sont déjà en train d’évoluer. Avec l’avènement des smartphones et des tablettes, des services de VOD tels que Netflix et autre Molotov.tv, plus besoin d’aller au cinéma ou d’allumer la télévision pour regarder un film. On peut à présent sortir son smartphone de sa poche, ouvrir une application et regarder une fiction, peu importe l’endroit où on se trouve. Mais est-ce vraiment confortable ? Les cinéastes s’insurgent, de Spike Lee à David Lynch, contre ce mode de consommation. Même si les écrans de nos appareils mobiles ont grandi ces dernières années, ils sont loin de rendre justice au travail des techniciens, des réalisateurs et des acteurs. Vraiment ?

Pulp Fiction ou le cinéma porno

Le cinéma est-il destiné au même avenir que le porno ? C’est peut-être la question que tout le monde se pose sans oser la prononcer à haute voix. Pour prouver l’incessante tourmente de l’industrie cinématographique, il n’est pas rare qu’on nous ressorte les chiffres des entrées en salle, bien en dessous de ce qui était espéré. Il s’agit là pourtant d’une évolution naturelle, en lien avec celles que vit notre société. Certains accuseront le piratage. Un coupable un peu réducteur. Le questionnement devrait être bien plus large, et s’inspirer de ce qu’a vécu ou vit encore l’industrie du porno.

La Fin des Temps ou les caméras Flip

Les caméras de poche – ou pocket cameras – ont déjà eu leur moment de gloire sur ce blog. J’ai cru dès le début et crois toujours fortement au concept, que j’ai moi-même illustré avec la Kodak Zi8. Lors de son achat, j’avais longtemps tergiversé entre ce modèle et le précurseur dans ce domaine, les caméras Flip. Un choix qui serait maintenant fortement simplifié, puisque Cisco, qui a entre temps racheté la société produisant les Flip, a annoncé qu’ils arrêtaient purement et simplement de proposer ce produit. Retour sur un échec annoncé.

Pure Digital Technologies, qui est à l’origine des Flip, n’a peut-être pas inventé le concept des caméras de poche mais l’a certainement rendu populaire. Plus besoin d’un caméscope plus ou moins encombrant, mieux qu’un appareil photo, la première Flip rentrait dans la poche et filmait en HD. Une révolution qui n’a malheureusement pas connu de suite.

Mission Impossible ou produire une vidéo (101)

Produire une vidéo n’est pas chose facile lorsqu’on est néophyte en la matière. Il semble y avoir tellement de paramètres à prendre en compte… Par où commencer ? Il y a plusieurs options. On peut évidemment faire appel à un professionnel, ce qui peut être le choix le plus fiable, le plus facile, le plus rapide… mais pas le moins onéreux. Tout le monde n’a pas les moyens de faire produire ses vidéos par un tiers.

La seconde option est de tout faire soi-même, de prendre le problème à bras-le-corps, d’avoir l’énergie et le temps nécessaire à disposition. Des erreurs seront faites. Il y en a toujours dans ce type de cas de figure. Mais elles s’amenuiseront au gré de vos efforts. Je ne peux que vous encourager à vous essayer à l’exercice, ce qui vous permettra soit de prendre goût à la vidéo, soit de vous rendre compte de la complexité de la chose et de mieux comprendre le travail qu’effectuera le professionnel auquel vous ferez appel ensuite. Ce genre de mise en perspective est parfois bien utile.

Pour les personnes qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure, je vais faire un petit tour d’horizon des pré-requis, en particulier au point de vue matériel.