Chérie, j’ai rétréci l’Osmo ou l’Osmo Pocket

Sortie en 2015, la DJI Osmo était une révolution. Le constructeur chinois offrait la possibilité à tout vidéaste de remplacer une lourde et imposante steadycam par un outil simple et léger, capable de filmer de manière fluide n’importe quel mouvement, ou presque. De nombreux autres fabricants ont suivi pour surfer sur la vague de ce succès ou en déclinant le même système à destination des smartphones… Quatre ans plus tard, DJI révolutionne à nouveau le marché du stabilisateur en sortant l’Osmo Pocket, qui offre les mêmes possibilités, mais avec un stabilisateur de la taille d’un smartphone.

Je me souviens de ma première prise en main de l’Osmo. Il m’a fallu une période d’apprentissage et quelques tournages pour comprendre dans quelle situation l’utiliser et comment m’en servir de manière efficace. J’ai ainsi appris à dompter son interface, passant par un smartphone, et ses différents boutons physiques, les deux venant parfaitement se compléter. Découvrir l’Osmo Pocket, c’est devoir tout recommencer depuis le début. On se retrouve avec un objet d’une douzaine de centimètres dans les mains, un poids plume, sur lequel on ne retrouve que deux boutons, dont l’un servant à lancer l’enregistrement. L’Osmo Pocket est elle prête à prendre la relève de l’Osmo ?

La Fin des Temps ou les caméras Flip

Les caméras de poche – ou pocket cameras – ont déjà eu leur moment de gloire sur ce blog. J’ai cru dès le début et crois toujours fortement au concept, que j’ai moi-même illustré avec la Kodak Zi8. Lors de son achat, j’avais longtemps tergiversé entre ce modèle et le précurseur dans ce domaine, les caméras Flip. Un choix qui serait maintenant fortement simplifié, puisque Cisco, qui a entre temps racheté la société produisant les Flip, a annoncé qu’ils arrêtaient purement et simplement de proposer ce produit. Retour sur un échec annoncé.

Pure Digital Technologies, qui est à l’origine des Flip, n’a peut-être pas inventé le concept des caméras de poche mais l’a certainement rendu populaire. Plus besoin d’un caméscope plus ou moins encombrant, mieux qu’un appareil photo, la première Flip rentrait dans la poche et filmait en HD. Une révolution qui n’a malheureusement pas connu de suite.

Mrs Doubtfire ou une caméra dans toutes les poches

C’est à l’occasion d’une promotion sur le site de Dell Canada la semaine passée qu’on m’a demandé pour la première fois, de façon directe, des conseils sur une caméra de poche. Les caméras de poche, j’en ai déjà parlé avant sur ce blog. J’ai largement exploré ce nouveau petit monde avant de me procurer la Kodak Zi8, et j’ai depuis parlé de mon choix, du point de vue professionnel. Mais loin d’être destinées aux professionnels de l’image, ces pockets cameras sont destinées au grand public. Alors, quelles sont les questions que vous vous posez ?