Cloud Atlas ou quand RealPlayer se met au Cloud

Quand Real Player revient d’entre les morts… Cela fait maintenant plusieurs semaines que j’utilise la toute dernière version de Real Player, dans son itération dédiée au partage de fichiers dans le nuage. Il faut donc à présent parler de RealPlayer Cloud, un service équivalent à Dropbox, OneDrive ou Google Drive, mais centré sur la vidéo. Vraiment ? J’ai évidemment décidé de tester RealPlayer Cloud et de le mettre à l’épreuve de mon utilisation tant personnelle que professionnelle. Alors, que vaut-il ?

MISE A JOUR : Suite aux derniers changements de politique de Real, je ne conseille plus du tout Real Times (anciennement Real Player Cloud). Voir mon article.

Article initial :

Introduction

Mais d’abord, petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas Real Player. Acteur important du monde informatique dans les années 90, Real Player était un logiciel de lecture vidéo au format propriétaire, notamment utilisable pour lire des fichiers en streaming sur Internet. Pour simplifier, il s’agissait d’un mélange de Quicktime et de Flash Player. Souvent décrié pour sa lourdeur, ses bugs et son manque d’interopérabilité, Real Player est tombé dans l’oubli dans le courant des années 2000, pour le meilleur diront certains.

rp-logo

Personnellement, je pense avoir été un des derniers à utiliser l’antique Real Player, puisqu’il permettait deux-trois choses utiles comme une bonne compression vidéo (avant l’avénement du H264) ou un format difficilement piratable. C’est donc avec un a priori pas trop négatif que j’ai installé RealPlayer Cloud sur mon PC. Première précision, le logiciel comme le service est tout à fait gratuit, pour autant qu’on se limite à un compte “de base”.

Comme Dropbox, RealPlayer Cloud offre 2 Go d’espace de stockage pour un compte gratuit. Pour ma part, j’en suis à présent à 4 Go, puisque le service offre diverses manière d’augmenter la taille de son disque virtuel avant d’avoir à souscrire un compte premium : on gagne 250 Mo au téléversement de sa première vidéo, puis à son premier partage, ou encore lorsqu’on installe le logiciel sur son PC ou l’application sur son smartphone… Une bonne philosophie en soi, qui était de toute façon nécessaire : 2 Go, lorsqu’on parle de vidéo, c’est en fait relativement peu, à moins de ne concevoir le service que comme un espace de partage temporaire.

Utilisation personnelle ou professionnelle ?

RealPlayer Cloud envoie donc les vidéos stockées sur votre tablette, smartphone, ou ordinateur vers ses serveurs, de manière à ce que vous puissiez les consulter et les partager où que vous vous trouviez. Jusque là, rien de très différent à ce que fait un Microsoft OneDrive ou un Google Drive.

REALNETWORKS, INC. REALPLAYER CLOUD

La différence, c’est la promesse que fait RealPlayer Cloud, celle d’accepter le plus grand nombre de formats vidéo. En pratique ? C’est plutôt probant. Mes fichiers Quicktime H264 sont bien entendu acceptés sans problème. Moins évident, j’ai envoyé sur mon compte une vidéo enregistrée avec mon smartphone, au format 3gp. Non seulement la vidéo est parfaitement lisible quelque soit le périphérique que j’utilise ensuite, mais j’ai la possibilité de télécharger le fichier dans son format source ou au format MP4, bien plus pratique.

Autre atout, RealPlayer Cloud se vante, par son processus de conversion, de pouvoir rendre la lecture des vidéos stockées sur ses serveurs fluide en toutes circonstances. Grande versatilité et efficacité à toute épreuve ? Deux leitmovivs qui pourraient convaincre les professionnels.

Du bon et… du moins bon

Commençons par parler de la partie logicielle. Pour envoyer ses vidéos, on peut bien entendu passer par l’interface web mais le réel intérêt se situe dans le logiciel RealPlayer à installer. D’abord une précision : si elle existe pour Windows, iOS ou Android, RealPlayer Cloud n’est pas encore disponible sur Mac. En ce qui me concerne, c’est un faux-pas majeur qui met un terme à mon utilisation professionnelle, puisque je travaille à 90% du temps sur Mac.

real-cloud

A titre personnel, j’ai donc installé la version PC. Plutôt que d’opter pour une ergonomie simple telle celle de Dropbox, Google Drive ou Onedrive, on se retrouve avec un mélange entre Picasa (le logiciel de gestion d’images de Google) et SonicStage, le logiciel de gestion de minidisc de Sony pour ceux qui ont connu. Pas génial donc mais ça fonctionne. En plus du logiciel, l’installation créé une bibliothèque sur le disque dur local sous la forme d’un dossier équivalent à un Dropbox : vous y glissez vos fichiers, ils se transfèrent automatiquement.

L’application pour smartphone est déjà plus réussie, avec une bonne ergonomie, et permet d’accéder à toutes les fonctionnalités proposées par RealPlayer Cloud. Elle constitue en outre un mediaplayer très correct. Pour ceux qui ne souhaitent rien installer, RealPlayer n’a pas négligé son site mobile qui offre en gros la même chose, en à peine moins pratique. S’il n’y avait l’absence de logiciel pour Mac, le résultat serait donc assez concluant.

screen

RealPlayer… innove ?

Une fonction inédite de ce RealPlayer Cloud, c’est la possibilité de lire vos fichiers sur tous vos appareils, qu’ils soient ou non stockés dans le nuage, grâce au réseau WiFi. Comment ça fonctionne ? Imaginons que vous êtes chez vous, et que vous avez une vidéo sur votre PC. Vous êtes dans votre lit et vous souhaitez la regarder mais votre PC est resté dans votre salon et la vidéo n’a pas encore été envoyée sur votre compte RealPlayer Cloud. Il vous suffit de connecter votre smartphone à votre WiFi et la vidéo apparaît dans l’application, qui s’occupe de la lire depuis votre PC. Génial, non ?

C’est vraiment efficace, même si on est cette fois très dépendant du type de fichier qu’on souhaite visionner. Par exemple, un fichier MP4 ou MKV se lit très facilement, avec un chargement rapide et sans coupure. Par contre, un fichier MOV pose problème et ne se lit qu’avec difficulté, à moins de bénéficier d’un WiFi très performant. Cette différence vient certainement du fait qu’on ne bénéficie cette fois pas du transcodage par RealPlayer du fichier original et qu’on est ainsi beaucoup plus dépendant de l’encodage de départ.

Pour un professionnel, cette fonctionnalité est par contre encore une fois trop limitée. Il faut être sur le même réseau Wi-Fi (utile si on veut visionner une vidéo lors d’une réunion interne) et ça ne fonctionne pas à l’extérieur (inutile si on est chez le client).

RealPlayer Cloud peut aussi servir de remplaçant à un compte Youtube ou Vimeo puisqu’il permet d’incorporer les vidéos qu’il héberge sur un blog ou un site web. Cette fonction embbed n’est pas si innovante, puisqu’on la retrouve dans le OneDrive de Microsoft, mais pas dans Dropbox. Ce n’est donc pas négligeable.

Le dernier test que je souhaitais effectuer portait sur la taille des fichiers qu’il est possible d’héberger sur le service. J’ai testé l’envoi d’un fichier d’un poids supérieur à 1,5 Go, sans aucun problème. Par contre, cette vidéo avait une durée supérieure à 20 minutes, ce qui la rendait impossible à partager ! C’est idiot mais effectivement, RealPlayer Cloud ne permet pas de partager des vidéos de plus de 20 minutes. Cette limitation est probablement dû à une volonté d’empêcher le piratage de films par RealPlayer Cloud : impossible de partager le dernier film de Dany Boon avec ses amis par ce biais.

C’est dommage puisque ça limitera l’utilisation de RealPlayer Cloud à des vidéos courtes, mais ça n’empêche pas de pouvoir profiter de ses films de vacances sur son téléviseur, le service étant compatible avec le Google Chromecast (l’appareil de Google qui transforme votre téléviseur en téléviseur connecté).

Conclusion

J’avoue, j’ai d’abord pensé installer RealPlayer Cloud uniquement pour ce test puis le désinstaller. Mais à l’usage, il faut avouer que le service s’avère très pratique pour certains usages grâce à des fonctionnalités bien pensées. Je peux uploader une vidéo prise avec mon téléphone, avec ma caméra professionnelle ou avec n’importe quel autre appareil et la partager avec mes proches sans me demander s’ils sauront la lire : ils sauront forcément.

Partager la vidéo avec mes proches, oui, mais certainement pas avec des clients. Les limitations du service (pas de logiciel Mac, limite des 20 minutes, le partage par Wi-Fi uniquement domestique) font que je n’ai pas envie d’utiliser RealPlayer Cloud à titre professionnel, du moins pour le moment. C’est un problème pour RealPlayer, s’ils souhaitent que les gens payent pour l’offre Premium (qui va de 5 à 30 dollars/mois).

Reste la question fatidique : RealPlayer est-il vraiment plus efficace pour gérer ses vidéos dans le nuage que les acteurs traditionnels que sont Dropbox, Ondrive ou Google Drive ? J’ai bien du mal à le dire. La conversion effectuée par RealPlayer Cloud reste le seul avantage que je lui trouve, outre la compatibilité Chromecast (mais qui est lui-même encore peu répandu). Si vous ne rencontrez pas de problème pour partager vos vidéos avec Dropbox, je ne vois pas pourquoi vous changeriez.

J’ai pourtant été séduit. C’est simple et efficace, suffisamment pour rester installé sur mon smartphone et mon PC perso. Je vais continuer à l’utiliser, jusqu’à ce que le service meurt de sa belle mort ou que d’autres options plus poussées soient offertes. Si vous souhaitez l’essayer, il vous suffit de cliquer sur un des liens de ce billet, comme celui-ci, et vous obtiendrez gratuitement 1 Go de stockage supplémentaire à l’inscription.


Cloud Atlas (2012) on IMDb

Réalisateur et consultant en production vidéo depuis 2007.
4 comments
  1. A noter que RealPlayer Cloud, trois mois après la diffusion de cet article, est désormais disponible sur Mac : http://fr.real.com/fr/blog/annonce-realplayer-cloud-pour-mac/

    1. Excellent ! Merci pour l’info !

  2. Bonsoir, certes, mais realplayer cloud est quelque chose qui ralentit considérablement l’ordinateur. C’est également impossible de le désinstaller. j’ai essayé les forums et customer.real.com : RIEN A FAIRE : il n’existe pas là où il devrait être ou bien il vous refuse la suppression (car il est occupé ailleurs) lorsque l’on suit la méthode proposée. cordialement

    1. Je n’ai pas de problème de ralentissement de mon côté mais, en même temps, je ne laisse pas le logiciel ouvert constamment (uniquement quand j’ai besoin de charger des vidéos en fait).
      Par contre, pour la désinstallation, si ce que vous décrivez est systématique, c’est un vrai problème. Je n’ai pas encore essayé de le désinstaller mais ça ne donne pas envie. Est-ce que vous avez essayé en mode administrateur ou en mode sans échec ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *