Le 3e Homme ou la diffusion live à outrance

Depuis quelques semaines, je suis bien occupé. Des mandats s’installent sur le long terme, ce qui explique une diminution de ma présence web. Une diminution paradoxale puisque je suis toujours très présent, mais plus en mon nom. A deux reprises, la semaine passée, j’ai effectué des captations Ustream sur des comptes autres que le mien. Mardi d’abord, c’était le rendez-vous mensuel de l’IdentityCamp. Mercredi, et c’était une expérience inédite, j’étais présent au party de lancement du magazine Urbania. Deux diffusions très différentes…

J’en ai déjà parlé, l’Identity Camp est un événement mensuel dédié à l’identité numérique et au personal branding. Deux présentations, des discussions, le tout retransmis en direct sur Ustream. Les settings changent régulièrement, de façon pourtant très aléatoire. Qui plus est, les présentateurs sont toujours renouvellés, ce qui renouvelle aussi l’audience de la diffusion live. Le channel Ustream a été suivi depuis sa création par 10 à 40 personnes en direct, sans parler des visionnages des archives…

Las Vegas Parano ou la vidéo omniprésente

La semaine passée, j’étais à Las Vegas. Si la ville correspondait assez à ce que j’en attendais au niveau des hôtels, des casinos et de la démesure, j’ai été assez surpris de ne pas y trouver plus de vidéo. Bien sûr, sur les façades dans la rue, des écrans géants sont présents et diffusent leurs messages publicitaires. Mais beaucoup moins que ce à quoi je m’attendais. Pareil à l’intérieur des casinos et dans la ville en général. Pourquoi? Peut-être parce que ce n’est pas ce que demande leur cible.

On vit aujourd’hui à l’heure de la vidéo. C’est mon travail et ma passion, ce qui fait que je suis tout à fait heureux de l’utilisation grandissante de ce médium. Mais ce n’est pas un usage sans dérive ni excès. Maintenant que les mini-caméras ont envahi nos poches, il est probable que Youtube et consorts vont recevoir de plus en plus de vidéos. A raison… ou à tort ?