Dormir dans une ancienne prison hantée

Si vous cherchez où passer la nuit à Ottawa, vous allez forcément tomber sur la Jail Hostel. A l’image de la Train Hostel à Bruxelles, cette auberge de jeunesse offre une ambiance particulière (le train à Bruxelles et la prison à Ottawa) pour un séjour basé sur une expérience hors norme. Si à Bruxelles, la Train Hostel a été conçue à partir de zéro, la Jail Hostel d’Ottawa prends elle place dans l’ancienne prison d’Ottawa, qui fut opérationnelle jusqu’en 1972.

Ottawa Jail Hostel

Passer une nuit dans une ancienne prison ? Lors de mon premier voyage à Ottawa, j’avais préféré opter pour le confort d’un Bed & Breakfast, nombreux dans la capitale du Canada. Pour mon deuxième séjour, n’étant cette fois pas en couple, je n’ai pas vraiment hésité à réserver à la Jail Hostel…

C’est quand on a déposé mes draps dans les mains que j’ai commencé à me poser des questions. Je dois faire mon lit ? Eh oui, je suis en prison après tout. Rassurez-vous, on évite quand même le moment gênant de la fouille corporelle. Je prends donc la direction de ma cellule sans avoir à passer un pyjama orange.

Jail Hostel

Il fait presque nuit dehors et je me retrouve dans la pénombre de la cage d’escaliers métallique. Sixième étage ? Plus qu’à monter mon sac à dos jusque là. J’arrive à mon étage et il n’y a pas un bruit. Les lieux sont déserts, pas une âme qui vive. Un frisson me parcourt l’échine lorsqu’un rire éclate derrière moi, dans la cage d’escaliers. Sans savoir si je dois me sentir rassuré par ce signe d’une présence lointaine ou, au contraire, me tenir sur mes gardes quant à une possible manifestation surnaturelle, je m’avance dans le couloir.

ottawa jail hostel (3)Je passe le long des différentes portes de cellules. Les murs comme les barreaux qui constituent ces portes sont d’époque, de véritables témoins d’un passé sinistre. Tel un détenu, j’arrive bientôt devant ma cellule. Un lit superposé d’un côté, un minuscule bureau de l’autre et… c’est tout ! Sans doute l’une des plus petites chambres qu’il m’ait été donné d’occuper en auberge de jeunesse, ce qui au passage donne une bonne idée des conditions pénitentiaires de l’époque (sans doute pas meilleures aujourd’hui).

Je dépose mon sac à dos, qui ne prends heureusement pas énormément de place, et me prépare à passer la nuit sur ma paillasse. Le matelas est confortable, mais pour le reste, c’est assez spartiate. Je ferme les yeux et, l’obscurité aidant, je commence à entendre les bruits du bâtiment qui m’abrite. Des portes grincent en s’ouvrant et en se fermant, à un autre étage. Il faut dire que le haut et le bas des portes des cellules ne sont pas fermés, ce qui laisse pénétrer les bruits et la lumière du couloir.

Attention donc à ne pas vous méprendre. C’est une auberge de jeunesse au sens strict du terme : l’intimité et le confort ne sont pas les maîtres mots mais à la Jail Hostel, ces défauts sont mis à profit pour vous faire dormir dans les conditions les plus proches de celles d’un repris de justice (ils ne vont quand même pas jusqu’à simuler des rondes de gardien… c’est presque dommage !). Outre les cellules individuelles comme la mienne, il existe d’ailleurs aussi des dortoirs pour 6 personnes. Il ne s’agit là non plus de cellules mais d’anciennes chambre de gardes.

1877_3

Pour le reste, on est dans le grand classique de l’auberge de jeunesse. Les douches et les toilettes sont en commun, tout comme une grande cuisine pour qui voudra se préparer à manger, parfaitement fonctionnelle. Le petit déjeuner est gratuit et plutôt complet et du wifi également gratuit est accessible partout. Rien de bien effrayant donc.

Mais pourquoi donc est-ce que je parle d’une prison hantée dans le titre ? Je l’ignorais avant d’y séjourner mais la Jail Hostel est réputée pour héberger les spectres de ses anciens résidents. Pour en savoir plus, j’ai pris part à la visite des lieux, donnée chaque jour à 11h. En anglais, pendant une demi-heure, on apprends par exemple que la prison d’Ottawa a été fermée pour cause de « traitements inhumains » ou que trois pendaisons publiques y ont eu lieu. Surtout, on accède au fameux 8e étage où se trouvaient les cellules des condamnés à mort et la potence.

jh_bonniedean_8366458678_043e4dd1da_o-tiltshift2

Selon la légende, ce serait cette partie du bâtiment qui serait hantée. Le fantôme serait d’ailleurs celui d’un Québécois à qui on aurait promis de rendre le cadavre à la famille après l’exécution, ce qui n’aurait jamais été fait. On murmure que son cadavre se trouverait plutôt enterré quelque part dans la cour…

Alors, convaincu à l’idée de passer une nuit à la Jail Hostel ? Je l’ai dit à plusieurs reprises, il faut être prêt à faire quelques concessions au confort pour vivre l’expérience à fond. Mais avec le bon état d’esprit, vous vivrez sans doute une nuit comme aucune autre ! Sans compter que la Jail Hostel est très bien située dans la ville. A deux pas du marché By, des restaurants et des centres commerciaux, elle n’est aussi qu’à une dizaine de minutes des bâtiments du Parlement. Il y a même la possibilité de louer des vélos directement à l’accueil de l’auberge. Idéal pour découvrir Ottawa !

A savoir

Où : Ottawa Jail Hostel (Hostelling International), 75, Nicholas Street, Ottawa. Tel : (613)-235-2595. www.hihostels.ca/ottawa

Coût : 45,20 $ pour une cellule authentique (1 personne) – tarif membre HI. Si vous n’êtes pas membre de Hostelling International, des frais supplémentaires sont demandés. Je vous conseille de prendre la carte de membre si vous êtes amenés à séjourner dans leurs auberges de jeunesses. Vous la rentabilisez très vite.

Y aller : Un parking est disponible au prix de 12$ la nuit, ce qui peut sembler beaucoup, mais c’est en fait un des moins cher des environs.

One Reply to “Dormir dans une ancienne prison hantée”

  1. J’ai également passé la nuit dans la prison hantée d’Ottawa. Heureusement pour moi je ne savais pas avoir qu’elle était hantée sinon je pense que j’aurai beaucoup moins bien dormi lol. C’est un concept super original je trouve.

Laisser un commentaire